Historique

Un jeune cadet de famille auquel M. de D…, de la Fosse, avait refusé sa fille en mariage forma, d’accord avec elle, le projet de l’enlever. Mais, instruit de l’heure et du lieu du rendez-vous par un message qu’il s’était fait remettre par un mendiant auquel il avait été confié, le frère de la jeune fille y alla à sa place, après avoir revêtu les habits de celle-ci. La nuit était profonde, et trompé par le déguisement, le cavalier tendit la main à celui qu’il prenait pour sa fiancée, afin qu’elle montât en croupe derrière lui. L’étreinte fut rude, paraît-il, et comme il se retournait surpris, un coup de pistolet retentit et il tomba mort de son cheval.
On l’enterra, dit-on, dans une cave du Logis de la Fosse, et depuis lors jamais on n’a pu combler entièrement la fosse ; toujours on y voit une dépression du sol qui marque l’endroit où repose la victime.
Le crime ne tarda guère à recevoir sa juste punition, ajoute le récit. Huit jours après, malgré la solennité du jour de Pâques et les représentations qui lui furent faites, le meurtrier voulut aller tirer le lapin dans la garenne du Logis. Quelques instants après on trouvait son cadavre dans une mare de sang, auprès de son fusil déchargé et de son chien qui hurlait de douleur.

Jules LECŒUR – Esquisses du Bocage Normand

Retour